Le « Créateur de l’art Vidéo » in Cahiers de Seoul

Capture d'écran de l'en-tête du site.

Capture d’écran de l’en-tête du site.

L’article du 10 mai 2012, présentant Nam June Paik comme Pionnier de L’art vidéo apparaît dans sur le site des cahiers de Séoul. Les cahiers de Séoul est un site qui regroupe des informations sur la Corée et notamment sur la question artistique en Corée. On ne peut pas passer à côté des illustrations de cet articles qui sont très abondantes. Il place d’emblée la télévision comme un nouvel élément ayant « changé le monde », ce qui n’aurait pas échappé à notre artiste. Celui – ci est en contact avec l’avant garde de l’époque et s’en inspire beaucoup (John Cage, Merce Cunnigham, Marcel Duchamp …) ; la notion de pluridisciplinarité qui envahit ses oeuvres est présente depuis son association avec le mouvement Fluxus. En mars 1963, L’exposition « de musique et de télévision  électronique » est la première oeuvre d’art vidéo. L’article nous offre divers exemples dont Le Concerto for TV Cello and videotapes en Collaboration avec Charlotte Moorman (1971) ; Nam June Paik étant musicien de formation, joue donc avec cette multidisciplinarité et va dans cette oeuvre changer radicalement l’aspect de la Télévision. Il détourne à chaque fois la fonction initiale de l’écran de Télévision comme ici ou il se transpose en violon. (mettre un hyper lien flickr vers la photo). L’artiste offre au spectateur une nouvelle expérience sensorielle. Il « engage une réflexion sur le statut de la télévision en tant qu’objet culte de l’occident » : en effet nous l’avons vu l’écran est un résident majeur des habitations occidentales. C’est un objet du quotidien important : ce qui fait référence à la volonté de mêler l’art et la vie, le corps humain et le médium vidéo.

D’autres oeuvres comme Family of Robots que vous pouvez voir sur notre Flickr permet de noter le caractère anthropomorphe de certaines oeuvres,il crée des sculptures ayant une forme humaine : une télé humaine. Il utilise le médium vidéo comme son symbole parfois pour traduire son ressenti et son vécu. In Electronic Superhighway : il fait référence à son arrivée aux Etats Unis, cette utilisation de la vidéo renvoi à la légende qu’est le cinéma hollywoodien de l’époque (années 90) : un grand empire du cinéma.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s